mardi 16 juin 2020

Les étapes de l'accompagnement psycho-corporel: pas de corps, pas de mouvement, pas de transformation !

Par Jean-Charles Fouché - Gestalt et Transpersonnel - Marseille + St Cyr sur mer

    Que le travail demandé par le client tourne autour de la relation thérapeutique, ou autour de la danse, ou de la boxe, ou de la respiration holotropique, il s'agit toujours de passer d'une histoire enfermante (le bocal de notre passé) qui se rejoue à travers le mental (nous sommes réactifs face à une situation, ou encore dans la relation à l'autre), à une qualité de présence corporelle. Mon histoire possède une porte fermée; devant la porte, je peux penser ma vie, l'analyser, la comparer, la juger, la répéter. Si un jour je veux arrêter de REAGIR à la vie (je suis en réaction), il faut traverser cette porte de prison. C'est la porte qui sépare le mental du corps. Le chemin ? le continuum de la sensation, et la qualité de la présence corporelle sur ce chemin...

Cette qualité de présence s'explore tout d'abord dans la sécurité du cabinet ou de l'espace de travail, avec le thérapeute, puis, petit à petit, par contagion, dans la vie de tous les jours, avec le cercle amical, familial, professionnel, dans le couple...

Si le client ne peut pas ou ne veut pas accéder, petit à petit, à cette qualité d'être qui se déroule dans le corps, ici et maintenant, le chemin est bouché. Le client vit une impasse. "personne ne me comprend; le monde est trop injuste...". Il n'y a pas d'obstacle sur un chemin de spiritualité: l'obstacle, c'est nous-même ! Millimètre par millimètre, le client peut ainsi désencombrer ce chemin, grâce à la relation, à condition d'accepter de perdre les bénéfices du passé... en faisant confiance à la relation thérapeutique, qui offre une perspective.

Il faut aussi accepter d'apprendre une nouvelle manière d'entrer en relation, un nouveau point de vue sur la vie, qui se dévoile à chaque pas. Difficile en début de relation thérapeutique, le travail, l'effort se fait de plus en plus facilement, jusqu'à ce qu'un jour, il n'y ait plus besoin d'un prétexte thérapeutique pour explorer en sécurité le risque de la relation...

    Si la demande est un accompagnement sur un chemin de spiritualité, il faut du temps pour comprendre que la spiritualité n'est pas là ou on l'attend, pas là ou on la pense: elle commence par le corps, et par une qualité de disponibilité. Si le corps est disponible, alors la spiritualité peut s'inviter, au détour d'un chemin inconnu, inattendu... aimer être présent, avec le divin vivant, incarné.

"Je ne savais pas que je ne voyais pas..."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire